« Le scoop » est plus animé de tous les vivants?

22038

"Совок" живее всех живых?

Le camarade Staline près de 60 ans, comme dans la tombe, mais son infatigable мичуринская activités de l’élimination de l’Homo Soveticus apporte encore les fruits.

L’Origine De L’Homo Soveticus

Selon l’historien André Zubov, Homo Soveticus s’est avéré le résultat de la profonde sélection négative: «les Meilleurs, les plus honnêtes et culturelles ont été tués ou sont privés de liens et les prisons de la possibilité de fonder une famille et élever des enfants, et les pires, ceux qui ont entrepris la création d’un homme nouveau, ou ceux qui en silence d’accord avec le nouveau pouvoir, ont pu être féconds et de se multiplier”».

Veuillez donc faire la différence: l’homme soviétique – c’est un shareware membre résident de l’URSS, et «l’homme soviétique» – un produit spécial socio-idéologique de l’élevage, adapté pour la survie et même la prospérité dans une «pelle».

L’un des facteurs décisifs dans la formation de l’Homo Soveticus a été levée dans l’URSS de la propriété privée. De l’avis de l’historien américain, les chercheurs de la Russie, Richard Pipes, c’est la propriété privée est une condition préalable à une société libre, car seule la personne ayant la propriété, travaille d’une manière significative, responsable, citoyen et de protéger les institutions démocratiques, qui, à son tour, protéger sa propriété.

(En cela, peut-être, la différence moderne de «la pelle» du classique: aujourd’hui думский единороссный «scoop», en appuyant sur un bouton, protège votre bougie zavodik, pétrolière вышечку ou le raccord de la canalisation de gaz.)

Mais peut-être vaut vraiment le coup et en plus une longue histoire, au moins au XVIÈME siècle, quand Ivan le Terrible a construit centralisée de l’état, pour le fortifier les bases du servage, a mis à Moscou de la principauté de Novgorod et de Pskov et donc détruit les germes démocratique de la démocratie qui y existaient. Siècle de l’esclave de l’esclavage, de la paysanne communautaire de la conscience, de culte de l’autorité suprême, pris en charge par l’orthodoxie, ont transformé la Russie dans un polygone pour soviétique de l’expérience.

Le Retour De L’Homo Soveticus

Après plus de deux décennies après l’annulation du pouvoir soviétique en Russie, le «scoop» est vivant et bien des égards, continue à définir la vie посткоммунистической de la Russie, bien que mutés. Comme le fait remarquer l’écrivain Vladimir Sorokine, «la mentalité est resté soviétique, mais l’homme sait très bien ce qu’est la qualité.

Il veut avoir une «Mercedes» et de monter se reposer dans l’Espagne ou l’Italie». Cette catégorie est à la base russe de l’électorat: la conscience des gens, élevés dans des conditions de paternalisme d’etat, est le plus exposé à la manipulation, donc pour eux, principalement tournée vers la rhétorique de l’actuel gouvernement, en particulier en période électorale.

Vladimir Poutine agit comme un social comportementaliste, au bon moment, en stimulant les zones de архаичного la prise de conscience de l’Homo Soveticus: реанимировал la mélodie de staline de l’hymne, a annoncé la dissolution de l’URSS est le principal événement du XXE siècle, a fait agressif антизападной discours lors de la conférence sur la sécurité à Munich, etc. de la «Poutine met la pression sur les soviétiques мифологемы dans l’esprit, joue sur la nostalgie du pouvoir, dans laquelle le peuple a vécu une grande partie de la vie», dit – neurologie, militant de la fédération de Russie Konstantin Dégradés.

Professeur de Ульяновского technique d’etat de l’université de Constantine Pots propose de compter les «pelles» des représentants de l’autorité verticale, qui ont hérité de l’urss structures de leur pires traits: запредельную бюрократизацию, la corruption, le manque de volonté dans tout ce qui ne concerne pas bourrante sa poche.

Bien sûr, Homo Soveticus est très hétérogène: la dérive de la vie de la «génération de gagnants» de la Grande guerre Patriotique est différent de «enfants de la guerre», et ceux de la «génération perdue», a grandi dans les années sourd de la stagnation. La génération de la stagnation aujourd’hui, termine à une activité professionnelle. Ces ne l’ancienne encore les retraités sont низовую masse de l’Homo Soveticus , estime Pots.

Comme l’écrit l’historien André Dents («la feuille», 21.11.2011,), pour les deux dernières décennies visible communiste de la vengeance ne s’est pas produit, mais «советскость progressivement, étape par étape récupérait leurs apparemment perdu en 1991, la position».

Le directeur analytique Levada-center, le sociologue Lev Goudkov explique la renaissance de l’Homo Soveticus en Russie afin qu’en cas de modification du pouvoir de sa structure est restée la même: «Comme dans la grande époque du communisme, le pouvoir n’est pas contrôlé par la société… l’ordre Social déterminé dépendants des tribunaux, politisés de la police et de la censure dans les médias».

Le chef de la chaire de philosophie Ульяновского d’etat de l’université, docteur en philosophie Valentin Бажанов rappelle que l’une des caractéristiques de l’Homo Soveticus – la peur des supérieurs, et constate que dans les années 2000 en Russie, cette peur est de retour. Бажанов refuse de considérer les années 90 «лихими»: oui, il était difficile, c’était le chaos, dit-il, mais a une liberté relative.

Avec l’arrivée même au pouvoir de Poutine est revenue «совковая tradition двоемыслия et la servilité. Le journal «Kommersant-vlast» organise un concours des meilleurs подхалимских paroles à l’adresse du président et du premier ministre «Лизость au corps».

En 2011, la victoire pourrait prétendre, par exemple, de dire le vice-président de l’association internationale des anciens combattants de l’unité de la lute «Alpha» d’Alexis Filatov: «Toujours critique pour le peuple russe moments nous сваливалась la grâce de dieu, y compris sous la forme de cadres. Poutine est telle grâce. Où serions-nous sans lui coulèrent, dieu seul le sait». Comme on le voit, pour les «pelles» est caractéristique religieuse retouches de l’idéal de stabilité.

La Reproduction De L’Homo Soveticus

En expliquant le mécanisme de la reproduction de l’Homo Soveticus, professeur Бажанов offre socio-psychologique de la version fondée sur des archétypes de Jung: «Ce type de structure latente existent dans les transports de l’inconscient et, sous certaines conditions, qu’ils se manifestent.

Dans ce cas, les conditions ont l’archétype de l’Homo Soveticus, – политэкономические, et elles sont définies les actions de la verticale du pouvoir que nous avons en ce moment». Par conséquent, l’autoritaire de l’organisation du pouvoir l’a ramené à la vie les pires traits, архетипически énoncés dans la nation.

Un chercheur indépendant Ludmila Novikova, dans un long article, «Mécanismes de défense psychologique de la personnalité dans les conditions d’un régime totalitaire», explique l’origine de «l’homme soviétique» du point de vue d’un psychologue.

«Totalitaire impact de l’environnement sur tout le monde, écrit – elle. – L’homme est obligé de s’y adapter, en effet, dans le dur totalitaire de l’atmosphère n’a pas le choix. En s’adaptant, il évolue avec le temps». L’auteur donne le déploiement de la classification des mécanismes de protection de la psyché», qui comprend, pour soulager la pression du système, ou même tout simplement physiquement survivre en elle, mais de trouver ce une justification morale à son приспособленчеству. Il est curieux que le pouvoir autoritaire de l’exploite les mêmes mécanismes afin de manipuler la conscience des citoyens, notamment aujourd’hui.

Par exemple, selon le mécanisme de la «rationalisation» et de «морализации», plutôt que d’exiger la libération des détenus politiques, il est possible, comme sous Staline, calmer le fait que «nous avons innocents qui ne plantent pas», ou de dire que Vladimir Poutine sur Ходорковском: «le Voleur doit aller en prison».

Le mécanisme de la «offset» permet de diriger le mécontentement de la mode à la recherche des ennemis internes et externes: «l’OTAN présente à nos frontières», «se Trouvent à l’intérieur du pays ceux qui shakalit auprès des ambassades étrangères» (extrait du discours de Poutine lors de la réunion avec ses partisans en novembre 2007).

Lors d’une «ligne directe avec vladimir Poutine, chef d’atelier Uralvagonzavod Igor Халманских a démontré l’action d’un mécanisme appelé «la fusion avec l’agresseur», exprimant sa volonté de fournir une assistance aux autorités усмирении de manifestants d’opposition: «Si, ce qui est appelé la police ne sait pas travailler, ne peut pas faire face, nous avec les moujiks prêts eux-mêmes de sortir et de défendre sa stabilité».

Un mécanisme de «l’idéalisation»: «Cher et bien aimé le camarade Staline», «l’homme minent le mouvement communiste, le grand successeur de l’affaire de Lénine – Léonid Ilitch Brejnev», «Mon idole – Poutine. Il tchétchène en exil qui avait, lui et le russe. Et il nous a donné sur cette terre» (interview, Ramzan Kadyrov la revue «le Feu», 6 septembre 2011).

Novikova décrit le 14 mécanismes de ce type, dont l’action est illustrée par les exemples comme du passé soviétique, de la fédération de la vie. Il est dit que l’Homo Soveticus ou encore inclus psychiques les mécanismes de protection dans la pratique quotidienne, ou jamais d’eux ne refusait pas.

Le sociologue Lev Goudkov offre une «entité économique» explication de la reproduction de l’Homo Soveticus. Dans les grandes villes, l’économie de marché est plus sensible, et la dépendance de la puissance de plus en plus faibles, la conscience politique est ici plus dynamiques. Mais les deux tiers de la population vit dans les campagnes et dans les petites villes. «C’est dans cette zone dépressivité et de la pauvreté et reproduit par l’homme soviétique. Dans les grandes villes s’accumule le potentiel présenté par les partisans des réformes, mais il est supprimée de la conservatrice de la périphérie», dit – Sonneries.

Archaïque, et autoritaire de la structure du pouvoir russe, l’absence ou la faiblesse des institutions démocratiques ne donnent pas le support de la politique et de la modernisation de la Russie. Quand ne sur laquelle s’appuyer dans le présent, à l’exception du pétrole et du gaz, faut chercher sur le plan idéologique un pied dans le passé. Le pouvoir est régulièrement fait appel à des réalisations du passé en tant qu’idéologie d’appui au développement futur.

«Nous sommes le parti des gagnants, – a dit lors de la conférence régionale de la «Russie unie», neurologie, le gouverneur de la Сергее Gel. C’est le sentiment de la victoire nous a donné des pères et des grands-pères… la Victoire est à nous». En conséquence, dans les années 2000 une, dit le sociologue Levada-centre de Boris Dubin, de la «propagande soudain gagné sur la réconciliation avec les soviétiques. Soviétique est devenu, premièrement, et deuxièmement, le»bon ».

Les jeunes, n’a jamais vécu en URSS, découvre des films et des histoires de parents et de grands-parents. C’est ici que culturel le mécanisme de diffusion de l’Homo Soveticus: напомаженный mode soviétique, en direct du pouvoir, soutenue par les légendes familiales. Selon un sondage Levada-centre, 60 pour cent des enfants avaient été des histoires de famille le moral, qu’à l’époque soviétique vivre toujours.

Le sociologue Elena Dante ajoute que les jeunes ont réagit sur l’expansion de l’espace dans la culture de consommation антикапиталистическими d’attitudes exprimant dans l’esthétique du passé soviétique:«, vient d’être glamour et мажорство, chez les jeunes poussent de l’humeur de l’injustice et de la malhonnêteté, de la protestation contre cette organisation du monde dans lequel est formé rigide long de la vie de l’inégalité. En tant que symboles de protestation des jeunes utilise des symboles soviétiques».

Le sociologue Boris Dubin estime que la pire chose qu’a fait le pouvoir soviétique – elle le privait de la société de la ressource de confiance: «Pour atteindre à partir de la population de la passivité et de la soumission, le pouvoir de bill c’est sur les liens sociaux, privant les gens d’appui les uns des autres. […] Aujourd’hui, nos répondants croient que ne peuvent affecter que revendiquer leurs droits inutile. […]

Le territoire, подконтрольная l’homme, ont rétréci à la taille d’une petite famille» («la Lumière», 05.12.2011,). Il a été dit quelques jours avant l’action de masse «Pour des élections honnêtes», le 10 décembre 2011, de la place bolotnaïa à Moscou. Mais déjà, le 11 décembre de la même Dubin a écrit dans «le HÉRISSON»: «pour la Première fois depuis août 1991, j’ai vu le nombre de personnes […] les plus différents, tout aussi intéressées à la vie commune et prêts à agir de manière prospective, extraordinairement sympathiques et sentant heureux de ce qu’ils sont maintenant près les uns avec les autres.

Partout appelé – l’aspect humain типаже, l’usage de la langue je ne dis! – rien de comparable à l’ancien standard Homo Soveticus».

Des manifestations de masse à Moscou a montré que la société a le potentiel pour récupérer perdu des liens sociaux. Experts interrogés prévoient également qu’avec le temps, les traits marquants de l’Homo Soveticus doivent descendre.

Le «scoop» est le réglage de membre du «parti de la télé», mais le public a longtemps été en concurrence avec le public «la boîte». Sur le changement de génération de personnes, un nostalgique sur le système soviétique, vient les deux humaines flux, relativement libérale et conditionnellement à gauche: le premier pour les «colère des citadins», «classe créative», le deuxième – les jeunes de gauche et nationalistes, qui mettent autonomes idéologiques de la tâche, sans égard à l’URSS.

Сохранить

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici