Le venezuela est à la recherche du salut dans l’huile

22486

Венесуэла ищет спасение в нефти

Le venezuela, en essayant de stabiliser votre propre situation catastrophique, propose d’apporter une réduction de production de l’OPEP à 5 millions de barils par jour, soit plus de 4 fois les volumes de la baisse de la production. Selon les experts, une proposition tout à fait irréel. La situation avec les prix du pétrole pourraient fixer des états-UNIS, mais ils ne sont pas pressés de limiter la production.

Le venezuela offre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (ОПЭК) visant à diminuer la production de 5 millions de barils par jour. En outre, pour maintenir les prix, selon les informations de The Wall Street Journal, doivent participer à la réduction de la production de pétrole des pays tels que l’Egypte et la Libye.

Le venezuela a été l’un des premiers initiateurs déjà un accord sur une diminution de la production. Compte tenu de la plus grande crise économique au Venezuela, ce pays, peut-être, est le plus intéressé à réduire le joueur, car en raison du coût élevé de la production de pétrole à bas prix Venezuela contraint d’échanger en fait à une perte.

La politique économique du venezuela autorités a conduit à ce que les citoyens sont descendus dans la rue pour protester.

«La proposition d’augmenter le volume de la réduction de l’extraction jusqu’à 5 millions de barils par jour — absolument irréel, commente le partenaire de la société RusEnergy Michael Крутихин. — Probablement, la direction du Venezuela essaie de leurs déclarations de soutenir les prix».

À l’heure actuelle il existe un accord de l’OPEP et 11 indépendants нефтепроизводителей (y compris la Russie), selon laquelle les participants au premier semestre 2017, ont dû réduire le butin au total, près de 2 millions de barils par jour (1,2 millions de barils ont pris les pays de l’OPEP, 558 milliers de barils dû à des producteurs indépendants, dont la Russie s’est engagée à réduire la production de 300 mille barils par jour).

L’accord se fait sans interruption (en tout cas, officiellement validée), mais son action n’était pas aussi forte que prévu.

Selon l’OPEP, en avril, les pays du cartel se procuraient dans l’ensemble 31,73 millions de barils de pétrole par jour. Étant donné que dans le quatrième trimestre de 2016, les fabricants, les membres d’une organisation, extrait 33,12 millions de barils par jour (selon l’OPEP), une baisse par rapport à octobre s’est avéré être même beaucoup plus cher. La question de la prorogation de l’accord sera discuté lors de la réunion de l’OPEP, le 25 mai.

On a supposé que la réduction de l’extraction permettra de stabiliser le prix du baril dans le couloir à partir de 55-60. À partir de 60 citations depuis le début de l’année et n’a pas baissé, bien que approchaient de cette marque en janvier. Dans le premier trimestre a montré une tendance à la stabilisation, à un niveau d’environ $55, mais ensuite pétrole s’est effondré, et ensuite, les prix exhib une forte volatilité, en montant à $55-56, en baisse en dessous de la psychologie des repères de 50$. Au moment de la conclusion de l’accord sur la diminution de la production (le 30 novembre 2016) le baril a coûté près de $50.

Le rôle principal est ici joué statistiques sur l’extraction et les stocks commerciaux des états-UNIS. Lui-même de l’OPEP dans son dernier rapport, daté du 11 mai, a fortement amélioré la prévision de croissance de la production dans les pays non membres dans le cartel en 2017 (370 milliers de 950 mille barils par jour). Et le rôle a joué ici c’est l’Amérique.

Si vous avez déjà de l’OPEP, le pronostic de l’augmentation de la production aux états-UNIS en 2017 à 285 mille barils par jour, maintenant le cartel estime qu’il atteindra 820 milliers de barils.

En revanche, les prévisions de croissance de la demande n’a pas changé, il est toujours prévu au niveau de 1,27 millions de barils par jour.

Notez que l’augmentation de la production aux états-UNIS est due principalement à savoir les actions de l’OPEP et de ses partenaires — plus précisément, les résultats de ces actions. Américaine schisteux de l’extraction, en étant flexible et sensible à la conjoncture du marché, a immédiatement réagi à l’augmentation du prix des au début de l’année, ce qui a conduit à la mise en service de nouveaux forages et finalement amélioré le niveau de la production. Selon l’un des leaders mondiaux нефтесервиса, la société Baker Hughes, la semaine précédente, le nombre des installations pétrolières des états-UNIS a augmenté de huit unités, à 712 pièces.

Au début de janvier de forage pour l’extraction du pétrole en Amérique a été 529 unités, et il est appelé un maximum à la fin de 2015.

Le 10 mai et a indiqué que, de l’avis le plus grand du monde нефтетрейдера Vitol, un accord sur la réduction de la production n’aura pas d’influence positive sur le prix du pétrole jusqu’à lui n’ont pas rejoint les etats-UNIS, la Chine et l’Inde.

De plus, comme le pense le commerçant, maintenant l’accord même de léser, de sorte que la croissance de schiste minière en Amérique exerce une pression sur les prix, ce qui augmente la pression sur les fabricants, qui sont obligés de respecter les accords sur la réduction.

Michael Крутихин suis sûr que le principal dans cette situation, le joueur — Etats-Unis — réduire la production ne sera pas.

«Les chances d’être en dessous de zéro. Même si le gouvernement des états-UNIS est apparue cette intention, en Amérique, trop d’entreprises privées, de réglementer la production et l’exportation est physiquement impossible», — dit l’expert.

Et parler sur le potentiel de картельном la collusion des entreprises américaines avec ses concurrents directs (OPEP), selon Крутихина, n’a pas de sens».

Les autorités américaines jusqu’à ce qu’eux-mêmes ne vont pas prendre un cours sur la réduction de la production. En face, le président AMÉRICAIN Donald Trump a déclaré à plusieurs reprises qu’il faut augmenter, afin de réduire la dépendance au pétrole des pays de l’OPEP (y compris le Venezuela). Les livraisons des pays du cartel fournissent plus de 40% de l’american petroleum de l’importation.

Dans le cadre du programme de renforcement de la production Trump a annulé le décret de son prédécesseur de Barack Obama sur la limitation de la production d’hydrocarbures sur le plateau et a permis de développer les activités sur le plateau continental de l’Atlantique (y compris sur d’autres sites dans le golfe du Mexique), Pacifique et Arctique pacifique.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici