A Paris, une journée avec les services de propreté

2530

Alors qu’un rapport pointe l’insuffisance des moyens mis en œuvre par la mairie de Paris et que redoublent les polémiques sur la prolifération des rats, « La Croix » a passé une journée avec les agents de propreté de la Ville de Paris.

Tous les jours, dans l’ombre, ils nettoient les rues de la capitale et trient des millions de déchets. Malgré les horaires contraignants, les odeurs, la météo et les efforts physiques, ils sont fiers de leur leur métier. Voici comment se déroule leur journée 6 heures.

Les rires résonnent déjà dans l’atelier de la rue de Ridder, dans le 14e arrondissement. Paris dort encore mais les agents de propreté commencent leur journée autour d’un café et de quelques blagues.

Vêtu d’un gilet jaune fluorescent et d’un bonnet, Anthony s’agrippe au camion de ramassage des ordures ménagères et se laisse glisser dans le vrombissement de l’engin. Ce jeune homme à la silhouette élancée et aux cheveux mi-longs est en poste depuis deux ans. Avec son collègue, il vide les premières poubelles dans la pénombre. Les mâchoires d’acier de l’engin avalent près de dix tonnes de déchets par jour.

Les poubelles pèsent en moyenne 80 kg chacune. « À la fin de la journée, ça tire sur les bras », dit Anthony. Il a beau avoir appris les bons gestes, les muscles font mal, « surtout en fin de semaine ». Mais le plus dur, c’est la météo. « On se prend le froid, la pluie, le vent, la chaleur l’été. »

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here