GRENOBLE – Un samedi de lutte pour défendre les services publics

2468

L’énergie et la détermination ne manquent pas du côté des militant·e·s. La preuve en est qu’en plus des nombreuses journées de mobilisations nationales actuelles, les insoumis·es s’engagent toujours localement au quotidien . C’était le cas des groupes d’actions de Grenoble ce samedi 21 avril afin de défendre les services publics. Deux initiatives étaient prévues dans la même journée, en concertation avec les différents acteurs locaux, et ont rassemblé plusieurs centaines de personnes. Des actions communes qui ont réuni fonctionnaires, cheminot·e·s, militant·e·s politiques ou syndicaux·les, mais aussi des usager·e·s mécontent·e·s de voir progressivement disparaître leurs services de proximité, biens communs toujours plus menacés par les politiques du président Macron.

Dans la matinée une action avait lieu devant le bureau de poste du quartier de Championnet qui fermera définitivement ses portes au mois de juin prochain. Cette clôture interviendra alors qu’aucune alternative, même partielle comme un relais colis, n’a été prévue pour les habitant·e·s du quartier.

C’est ainsi plusieurs bureaux de poste qui vont disparaître prochainement dans la ville privant certain·e·s grenoblois·es de leur accès à ce service d’intérêt général. Une mobilisation organisée pour défendre ces bureaux, mais aussi le service public dans son ensemble et c’est pourquoi une grande partie des personnes présentes ce matin-là se donnaient rendez-vous l’après-midi même devant la gare SNCF pour apporter leur soutien aux cheminots, ecrit Lafranceinsoumise.fr.

À 16h quelques centaines de personnes étaient présentes pour un « après-midi d’action unitaire contre la privatisation du rail et pour la sauvegarde et le développement du service public ». Au programme différentes activités pour interpeller les passants et les usagers : chansons détournées, interventions publiques, porteurs de parole et même des jeux ludiques pour expliquer les différentes réformes plus simplement. Une roue de la Fortune (voir les photos ci-dessous) et un « Qui veut gagner des wagons ? » étaient ainsi proposés afin d’aborder des sujets parfois complexes avec plus de légèreté. Une belle réussite d’action en commun rejoint également par la lutte des étudiants contre Parcoursup et celle des salariées de Carrefour, tous présents à cette journée de contestation.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here