Sarkozy-Kadhafi : la pièce manquante de l’enquête

18324

Les accusateurs libyens de l’ancien président Nicolas Sarkozy assurent que la note qui a lancé l’affaire a été falsifiée. Mais leurs déclarations, étrangement, ne figurent pas dans le dossier français.

C’est un détail qui n’en est pas tout à fait un. Dans le tourbillon provoqué par la mise en examen de Nicolas Sarkozy sur le soupçon de « corruption » et « recel de détournement de fonds publics », le 21 mars, l’information est passée inaperçue. Les deux ex-dignitaires libyens, sur les accusations desquels reposent les poursuites contre l’ex-président, s’ils affirment qu’un financement occulte a été apporté à sa campagne de 2007 sur ordre de Mouammar Kadhafi, assurent également que le document qui a déclenché le scandale était un faux. Cette position commune ne suffit certes pas à dissiper les suspicions, mais elle sème le trouble sur les origines de l’affaire et pose des questions sur certaines lacunes du dossier…

Lejdd.fr

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici