A Besançon, citoyen·ne·s et insoumis·es font plier la mairie sur l’arrêté antimendicité

1834

« On ne lutte pas contre les pauvres mais contre la pauvreté » tel était le mot d’ordre des insoumis·es face à la chasse aux pauvres organisée par la majorité municipale de Besançon cet été.

Citoyen·ne·s et militant·e·s se sont en effet insurgé·e·s contre l’arrêté adopté début juillet par la mairie et qui interdisait « la mendicité, accompagnée ou non d’animaux, les regroupements, ainsi que la station assise ou allongée lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation publique ». Un arrêté adopté lors d’une réunion de municipalité en présence d’adjoints En Marche mais aussi socialistes, EELV et même communistes. Cette décision qui s’attaque directement aux personnes déjà les plus touchées par la pauvreté n’avait pour objectif que de servir de « cache-misère » tout en excluant du centre-ville toute une partie de la population. Une réponse inconcevable aux problématiques de mal-logement, de chômage, de précarité et d’exclusion sociale qui touchent de plus en plus de femmes et d’hommes sur le territoire.

La mobilisation populaire n’a pas tardé puisque le 18 août dernier plusieurs centaines de personnes se réunissaient sous les slogans #jesuisassis #jesuisassise et organisaient un sit-in dans le centre-ville pour dénoncer avec ironie cette mesure honteuse. Le début d’un bras de fer avec la municipalité qui a abouti il y a quelques jours au retrait de l’arrêté concerné juste avant une nouvelle mobilisation qui a réuni deux fois plus de personnes que la précédente.

Une victoire importante pour cette lutte citoyenne puisque la mairie a décidé de retirer son interdiction. Malheureusement une nouvelle version remaniée mais qui poursuit toujours les mêmes objectifs a été adoptée dans la foulée, cette fois-ci au sein d’une majorité divisée. La bataille se poursuivra donc dans les prochaines semaines afin de faire retirer définitivement ces décisions administratives indignes. La Ligue des Droits de l’Homme a d’ailleurs dénoncé un excès de pouvoir de la part du maire et compte déposer à nouveau un recours administratif contre ce texte prochainement.

Pour les insoumis·es bisontin·e·s, mobilisé·e·s depuis plusieurs mois notamment sur la campagne de lutte contre la pauvreté, se joindre au mouvement #jesuisassis #jesuisassise était une évidence et dans un communiqué (voir plus bas) ils et elles ont souhaité réaffirmer « la tradition sociale et humaniste de la ville » face aux dérives de la majorité municipale. Deux candidates aux élections européennes pour La France insoumise, Anne-Sophie Pelletier et Laurence Lyonnais, sont également venues soutenir ces initiatives. Elles reviennent sur l’historique des mobilisations dans la vidéo ci-dessous.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here