Lancement des premières Rencontres nationales des quartiers populaires

4345

Aujourd’hui, de 8 à 12 millions de nos concitoyen·ne·s habitent dans des quartiers populaires. Ils·Elles subissent inégalités et discriminations. Ce que l’on appelle les « quartiers populaires » sont en première ligne des records d’abstention. « Désabusé·e·s », « je regarde ça de loin », « je ne me sens pas concerné·e », « je n’y crois plus » sont des remarques que l’on entend régulièrement dans les communes en périphérie des grandes villes. La politique d’austérité, le clientélisme et les promesses non tenues des gouvernements précédents ont fait naître ce sentiment de rejet.

Dans une volonté de débattre et de continuer à proposer des issues politiques concrètes, La France insoumise propose ses premières Rencontres nationales des quartiers populaires, le dimanche 18 novembre 2018 à Épinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis.

Ces rencontres ne prétendent pas régler toutes les problématiques en une journée, encore moins se substituer à l’énergie quotidienne d’associations et de militant·e·s qui œuvrent dans ces quartiers, et dans tout le pays. Néanmoins, réunir des acteur·rice·s associatif·ve·s, des militant·e·s et des citoyen•ne•s habitant dans des quartiers populaires afin de faire porter la voix de celles et ceux qui n’ont pas l’occasion de s’exprimer, est essentiel.

Avant l’événement national du 18 novembre, tous les groupes d’action de La France insoumise peuvent organiser des initiatives locales partout en France afin d’organiser des moments d’échange et de collecte d’expériences. La philosophie des rencontres locales et nationales est la co-construction, que ce soit avec les habitant·e·s des quartiers populaires, les associations et les élu·e·s. Le 18 novembre permettra d’élaborer des propositions concrètes, grâce à des interventions libres de citoyen·ne·s, d’expertises d’acteur·rice·s associatif·ve·s, syndicalistes et politiques.

Un événement national du mouvement, portant au cœur des problématiques liées aux quartiers populaires, sera un signal fort pour une partie de la population qui, souvent, ne croit plus aux combats portés par des mouvements politiques.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here