Les bobards du pouvoir d’achat

2192

L’idée est désormais bien installée que la politique d’Emmanuel Macron est au service des riches. Un mouton prévenu en vaut deux : il ne se laisse plus tondre aisément. Voilà donc les membres de la majorité qui s’emploient, contre toute évidence, à expliquer que le « pouvoir d’achat » est en hausse. Quel bobard !

Il ne s’agit pas du pouvoir d’acheter n’importe quoi

Tout d’abord, profitons de l’occasion pour réfléchir un instant sur cette idée de « pouvoir acheter ». On ne peut pas avoir pour seul objectif politique de travailler à l’augmentation des achats en général. Que les Français·es puissent acheter des produits naturels, sains et bons est un objectif un peu plus raisonnable que leur donner la possibilité d’acheter plus de produits chargés en plastiques, en pesticides, polluants ou issus de l’exploitation d’enfants, par exemple, ecrit Lafranceinsoumise.fr

Par ailleurs, il y a toute une série de biens et de services qui ne sont pas des marchandises. Nous ne voulons pas acheter la santé ou l’éducation. Nous voulons être en bonne santé ; nous voulons que nos enfants soient bien éduqués. À vrai dire, ce sont des droits. Le niveau de revenu ne devrait pas vraiment avoir d’influence sur ces aspects de nos vies. Or sous couvert de pouvoir d’achat le gouvernement transforme profondément nos vies et nous obligera bientôt à acheter ce qui auparavant était un service public.

Pouvoir se soigner

Dans le domaine de la santé par exemple, le gouvernement a décidé l’an passé la suppression de l’obligation du tiers payant. De quoi s’agit-il ? Le « tiers payant », c’est quand ce n’est ni le médecin, ni le patient qui assume l’avance du prix des soins, c’est un « tiers », une troisième personne, en l’occurrence l’Etat qui paie. Supprimer le tiers payant va donc avoir des effets désastreux sur ce fameux « pouvoir d’achat » dont on nous rebat les oreilles mais cette suppression va surtout nuire encore plus à la qualité de vie. Des milliers de personnes vont renoncer à se soigner, faute de pouvoir avancer les frais.

C’est bien le calcul cynique du gouvernement qui espère ainsi faire des économies. C’est injuste et stupide ! En ne se soignant pas dans un premier temps, les maladies de ces personnes vont s’aggraver et lorsqu’elles ne pourront plus repousser, elles iront aux urgences ou chez le médecin : l’assurance maladie devra alors rembourser des frais de santé bien plus élevés. Si vous soignez un rhume, le coût est bien mince ; si vous soignez une pneumonie, le coût est plus élevé. Et je ne parle pas des risques de contagion, de l’impact sur le fonctionnement de la société. Un parent gravement malade est moins disponible pour ses enfants par exemple ; une personne gravement malade arrête de travailler, etc.

Pouvoir compter sur la sécurité sociale

L’ensemble de ces dépenses sont financées par les cotisation sociales des employeurs et des salariés. Le gouvernement a déjà largement réduite les cotisations patronales et mis dans le rouge les comptes de la sécurité sociale. Il vient maintenant de s’attaquer aux cotisations chômages, ce qui remet en question l’universalité du droit aux indemnités chômages. Mais le pire c’est qu’il présente ça comme une augmentation du pouvoir d’achat, en augmentant le salaire net. Qu’est-ce que cela signifie ? Jusqu’à présent, le salaire est composé d’un montant perçu directement, le salaire net : c’est le chèque qu’on touche en fin de mois. Une deuxième partie du salaire est versée dans des caisses communes : ce sont les cotisations. Cette somme ajouté au salaire net c’est le salaire brut. Or l’argent mis en commun dans ces « tirelires » que sont les cotisations font partie de ce fameux pouvoir d’achat, c’est du salaire différé, que l’on perçoit plus tard, quand on en a besoin. Il sert à faire face au risque de maladie, de chômage, d’accident du travail, de dépendance ; il finance aussi les retraites. Le gouvernement a décidé que cet argent ne soit plus mis au pot commun avec les autres salariés. Il sera perçu directement en fin de mois. Du coup, il sera immédiatement disponible pour acheter mais uniquement si vous avez la chance d’être en bonne santé. De fait, le montant de l’argent cotisé baisse donc les prestations sociales baissent ; au bout du compte l’argent que le gouvernement prétend donner d’une main il le reprend de l’autre. Pire encore ! Pour compenser la baisse des prestations sociales, la plupart des salarié·e·s va devoir se retourner vers les assurances privées auxquelles le gouvernement offre une clientèle idéale. L’objectif de ces assurances est bien entendu de faire du profit et de rémunérer des actionnaires. L’argent qui leur sera confié sera donc ponctionné. Ajoutez à cela le fait que les prestations de la Sécu baissant, les mutuelles considèrent que leurs propres dépenses vont augmenter : leurs prix vont donc suivre… Voilà comment augmente le pouvoir d’achat.

Pouvoir se déplacer

Ce genre d’absurdité se retrouve partout dans la politique du gouvernement. On parle de la hausse du prix du gazole. Evidemment c’est un choix pseudo-écologique qui pénalise précisément celles et ceux qui comptaient sur le diésel pour payer moins. D’ailleurs cette question cristallise ces derniers jours beaucoup de la rancœur à l’égard du gouvernement. Elle pourrait même être l’étincelle d’un mouvement social d’ampleur. Spontanément, des appels à mobilisation ont été lancés pour le 17 novembre. Comme ce fut le cas lors de l’appel qui a suivi la démission de Nicolas Hulot, la France insoumise se placera en soutien de ce mouvement et refusera aussi bien de le récupérer que d’être récupéré. Toute initiative du peuple pour prendre ses affaires en mains mérite d’être encouragée. C’est aussi la condition pour faire progresser la prise de conscience écologique : la transformation écologique de la société ne passer pas par la somme des bonnes volontés individuelles mais par l’action résolue des pouvoirs publics. Les principales causes de la pollution au CO2 sont l’industrie et le transport aérien : que fait le gouvernement ? Rien. C’est d’une planification à grande échelle pour sortir des énergies carbonées dont nous avons besoin. Des investissements massifs sont indispensables pour mettre à disposition des transports publics gratuits et en quantité suffisante. Le développement des énergies renouvelables doit être soutenu. Or, il n’en est rien. Un exemple parmi d’autres : en juillet dernier, l’entreprise Naval Energies qui développait un parc d’hydroliennes dans la Manche a annoncé l’arrêt, du projet alors que le site de production venait d’ouvrir quelques mois plus tôt. Elle regrettait le manque de soutien de l’Etat.

En fait, le gouvernement considère que tout est affaire de choix individuel et non pas de décision collective. Ce qui évite de poser les questions qui fâchent et de secouer les gros intérêts financiers. Dans le domaine des transports, l’exemple le plus colossal de la gabegie est celui du prix des autoroutes. En réalité, les péages pourraient disparaître. Le coût des autoroutes est largement amorti depuis leur création. L’argent des autoroutes est une rente offerte à des exploitants privés, du style Vinci, Eiffage etc… Et comme si ce n’était pas suffisant, la baisse des limitations de vitesse pourrait bien augmenter le trafic sur les autoroutes. Et dire que le sieur de Rugy, ministre de l’Ecologie, passe son temps à dire qu’il refuse « l’écologie punitive ». Si cette expression, assez absurde au demeurant, mérite un jour d’être utilisée, incontestablement ce sera pour qualifier la politique du gouvernement.

Pouvoir choisir l’indépendance énergétique

Cela m’amène à la question de l’Arabie Saoudite. J’ai posé la semaine dernière une question au gouvernement sur le sordide assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Le rapport ? Le pétrole ! au nom des approvisionnements en pétrole de la France, et la dépendance énergétique, le gouvernement s’auto-contraint à toute sortes de contorsions pour justifier sa politique étrangère vis-à-vis de cette monarchie pétrolière. Tant que la transition énergétique n’est pas engagée, et nos économies si dépendantes du prix du baril, nous sommes pieds et poings liés. La France n’a même pas le courage élémentaire de protester. Ni de cesser ses exportations d’armes à ce pays qui commet probablement des crimes de guerre avec ces mêmes armes, alors même que c’est exigé par le traité sur le commerce des armes (TCA) que la France a ratifié.

Il faut engager la transition écologique, vite !

Au lieu de forcer les gens à payer plus pour les obliger à dépenser moins – arithmétique absurde – le gouvernement ferait mieux de réellement donner les moyens aux Français.es de subvenir à leurs besoins. La première mesure écologique d’un gouvernement France insoumise sera l’augmentation du SMIC : cet argent-là, nous le savons, il n’ira pas dormir ou faire des petits dans les paradis fiscaux. Il sera utilisé très largement et prioritairement pour acheter des produits issus de l’agriculture paysanne de proximité et soutiendra les filières durables. Faire payer les gros, rassurer les petits, voilà la vraie écologie. Les Marcheurs se moquent : ce n’est pas assez subtil pour eux. On leur laisse le soin d’être subtil. Nous nous contenterons d’être justes et efficaces.

La transition écologique est une nécessité d’intérêt général humain, elle correspond à un intérêt social et de santé publique, mais sera aussi salutaire pour désengager la France de sa dépendance à des régimes criminels et condamnables.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here