Après leur appel dans le JDD, les « Gilets jaunes libres » seront reçus par Edouard Philippe

1789

Emmanuel Macron a demandé dimanche au Premier ministre Edouard Philippe de recevoir à partir de lundi les Gilets jaunes qui ont signé un appel dans le JDD ainsi que les chefs des partis parlementaires.

Le dialogue entre le gouvernement et les Gilets jaunes va reprendre, après un week-end marqué par les violences. Emmanuel Macron a demandé dimanche au Premier ministre Édouard Philippe de recevoir « les chefs de partis représentés au Parlement ainsi que des représentants des manifestants », a indiqué l’Élysée. Ces rencontres débuteront lundi, a précisé Matignon à l’AFP. Et outre les chefs de partis ainsi que la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo, sera reçu « le collectif des Gilets jaunes qui a exprimé sa volonté de nouer un dialogue avec le gouvernement », selon la même source. Il s’agit du groupe de dix représentants qui ont signé un appel dans le JDD.

Lire cette tribune – EXCLUSIF. Des Gilets jaunes lancent un appel : « Nous voulons être les porte-parole d’une colère constructive »

Ces rendez-vous répondent au « souci constant de dialogue » de l’exécutif, a expliqué la présidence. Depuis le début de la mobilisation il y a quinze jours, le gouvernement peine surtout à établir ce dialogue avec un mouvement sans leader ni idéologie précise.

Macron applaudi et sifflé près de l’Arc de Triomphe
De retour d’Argentine, Emmanuel Macron avait convoqué à la mi-journée une réunion de crise, après les 263 blessés dans toute la France lors des manifestations de samedi. Lors de cette réunion, le chef de l’État a notamment « souhaité qu’une réflexion soit menée par le ministre de l’Intérieur pour l’adaptation du dispositif de maintien de l’ordre dans les temps à venir ».

Auparavant, Emmanuel Macron était allé constater les dégâts à l’Arc de Triomphe, théâtre de violences et de dégradations samedi. Il s’est rendu au pied de la tombe du soldat inconnu, avant d’entrer à l’intérieur du monument, tagué et en partie saccagé. Il a ensuite rendu hommage aux forces de l’ordre et rencontré des commerçants sur l’avenue Kléber, vandalisée samedi. Parfois applaudi, il a aussi essuyé des huées dans la foule. « Macron démission », ont scandé à plusieurs reprises des Gilets jaunes.

Jacline Mouraud et Benjamin Cauchy parmi les membres fondateurs des « Gilets jaunes libres »
Le Président n’a pas pris officiellement la parole, sa communication publique s’étant limitée dimanche à un seul mot : « Merci », qu’il a écrit sur son compte Twitter pour accompagner trois photos le montrant rendre hommage aux pompiers et aux forces de l’ordre. L’exécutif n’entend pas « changer de cap », comme l’a répété dimanche le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. « En revanche, nous avons une méthode plus ouverte de dialogue », a-t-il ajouté, précisant que l’exécutif était « prêt » à discuter avec les représentants de « Gilets jaunes libres », auteurs de cette tribune dans nos colonnes qui appelait à une sortie de crise.

Nous avons reçu depuis ce matin de très nombreux messages soutenant notre démarche

Parmi les membres de ce collectif : Jacline Mouraud et Benjamin Cauchy, deux figures médiatiques du mouvement qui n’avaient pas été retenues comme porte-parole des Gilets jaunes la semaine dernière – huit personnes avaient été nommées, dont les initiateurs de cette mobilisation, Eric Drouet et Priscillia Ludosky. Vendredi, une réunion à Matignon avec Édouard Philippe a tourné au fiasco : seuls deux Gilets jaunes y ont participé et l’un d’eux a rapidement quitté les lieux faute d’avoir obtenu que la rencontre soit diffusée en direct.

Interrogée par l’AFP, Jacline Mouraud, à l’origine d’une vidéo virale dénonçant « la traque aux automobilistes », a confirmé avoir été « contactée par le cabinet du Premier ministre » et s’est dite « prête à se rendre à Matignon » à condition toutefois que le gouvernement « revienne sur la hausse des taxes sur les carburants au 1er janvier ». « Nous avons reçu depuis [dimanche] matin de très nombreux messages soutenant notre démarche et demandant à rejoindre notre mouvement », confie de son côté l’un des membres du collectif au JDD dimanche soir.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here