Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, Christine Angot… Les 5 petites infos à ne pas rater dans le JDD

6548

Que peut-on lire dimanche dans le JDD? Voici 5 petites infos que l’on trouve aujourd’hui dans nos colonnes.

Le 1er janvier 2019, c’est déjà mardi et les Français vont bientôt connaître un changement important dans leur vie : le prélèvement à la source, c’est-à-dire directement sur leur salaire, de leurs impôts sur les revenus. Le Journal du Dimanche consacre sa une à cette réforme : dans un entretien, le ministre en charge du dossier à Bercy, Gérald Darmanin, se dit « très confiant » malgré les nombreuses incertitudes qui persistent, dans un contexte politico-social déjà alourdi par la contestation des Gilets jaunes.

Le JDD donne également la parole à la maire de Paris Anne Hidalgo, qui s’inquiète d’une relégation de la politique écologique d’Emmanuel Macron, et à Alexandre Benalla, à l’origine d’un nouvel embarras pour le pouvoir avec ses voyages d’affaires effectués avec des passeports diplomatiques. Sur une note plus légère, cette fin d’année est l’occasion de découvrir la nouvelle édition du classement des personnalités préférées des Français, le traditionnel Top 50 du JDD. Dans le détail, voici 5 informations qu’il fallait lire dans nos colonnes.

1 – Emmanuel Macron reprend le volant
Trois semaines après son allocution télévisée qui était censée répondre à la colère des Gilets jaunes, Emmanuel Macron va de nouveau s’adresser aux Français, lundi soir, cette fois pour les habituels voeux présidentiels. Avec une équation à résoudre pour le chef de l’Etat : il lui faudra prendre en compte le mécontentement social sans renoncer à son agenda des réformes. Car l’exécutif est bien décidé à reprendre le fil de son action, comme le résume ce proche du Premier ministre Edouard Philippe, qui va jusqu’à filer la métaphore… automobile :

« Avec les Gilets jaunes, on a calé. Maintenant, il faut redémarrer et reprendre de la vitesse »
Plus direct encore, le patron des députés LREM, Gilles Le Gendre, juge que ce serait « suicidaire » que la majorité renonce à son programme.

2 – Pour le Top 50, Muriel Robin a trois théories (au moins deux vont vous surprendre)
Lancé par le JDD en 1988, le Top 50 des personnalités préférées des Français sacre une 8e fois Jean-Jacques Goldman. Derrière le discret chanteur, 12 nouvelles entrées, dont le champion du monde Kylian M’bappé (4e), Soprano (10e)… et Muriel Robin (38e), de retour après cinq ans d’absence. L’actrice, qui s’est engagée cette année contre la violence faites aux femmes, a plusieurs éléments d’explications à ce regain de popularité :

« À quoi tient mon retour? Peut-être à mon engagement pour les femmes. Ou peut-être que le public pense que je vais mourir. Ou alors, les votants ont pensé que j’étais un homme! Car c’est toujours plus facile pour eux d’y figurer en bonne place. »
Le Top 50 est en effet marqué cette année par un recul général des femmes, la première restant Sophie Marceau, à la 16e place (-11 place). Muriel Robin est donc l’une des rares à faire la trajectoire inverse.

« Aussi enfantin que ce soit, ça fait toujours plaisir. J’avais vécu ma sortie [du Top 50, Ndlr] comme une sorte de désamour. Je n’avais rien demandé pour y entrer, mais je m’y étais habituée », confie-t-elle d’ailleurs.
Lire aussi – Muriel Robin, 38e du Top 50 : « C’est presque toujours les hommes d’abord! »

3 – En garde à vue, Alexandre Benalla avait déjà sur lui son passeport diplomatique
L’ancien collaborateur du chef de l’Etat a provoqué un nouvel imbroglio au sommet du pouvoir, lorsqu’a été révélé cette semaine ses voyages d’affaires en Afrique, qui plus est en utilisant des passeports diplomatiques qui lui avaient été attribués avant son licenciement par l’Elysée. Alexandre Benalla annonce au JDD qu’il va rendre « dans les prochains jours » ces documents au ministère des Affaires étrangères, qui assurait de son côté les lui avoir réclamé en juillet, en vain.

Plus étonnant encore, l’ex-chargé de mission de la présidence portait sur lui l’un des deux passeports au moment de sa garde à vue, le 20 juillet dernier. Les enquêteurs avaient d’ailleurs sollicité à ce moment-là le Quai d’Orsay pour vérifier la validité du document et les droits qu’il octroyait à son détenteur… La réponse est venue le soir même :

« Le passeport diplomatique n’est qu’un titre de voyage qui ne confère à son titulaire aucune immunité, que ce dernier se trouve sur le territoire français ou à l’étranger », assurait le service du protocole.
Alexandre Benalla aurait donc conservé son passeport jusqu’à la fin du mois d’août où, selon sa version, il a rendu ses deux documents aux services de l’Elysée… avant de les récupérer avec d’autres effets personnels début octobre.

4 – Des rugbymen au Centre d’études spatiales pour améliorer leurs performances… et aider Thomas Pesquet
Un projet inédit va lier le Stade toulousain au Centre national d’études spatiales (CNES), dont le centre technique est situé dans la ville rose : trois joueurs vont se soumettre à une étude sur la composition corporelle des joueurs, comme le font déjà les spationautes. Avec, à terme, l’objectif d’améliorer la performance sportive des rugbymen.

« Dans le rugby, et en particulier dans la forme de jeu que pratique le Stade toulousain, le rapport poids/puissance et les capacités de déplacement des joueurs sont des éléments très importants », explique le médecin du club, Philippe Izard, qui va tenter de comprendre comment optimiser ces paramètres.
Et au final, les résultats pourraient même servir… l’astronaute Thomas Pesquet, qui a encouragé cette expérience croisée :

« Dans l’espace, il a perdu beaucoup de masse musculaire, de masse osseuse, de masse grasse […] Si notre étude permet d’établir un protocole, il pourra lui servir de base à la préparation d’une nouvelle mission », précise Philippe Izard.
5 – Christine Angot ment parfois dans l’émission de Laurent Ruquier
A 59 ans, Christine Angot a connu des succès littéraires et pas mal de « clash » à la télévision. Le JDD dresse le portrait de la chroniqueuse polémique de Laurent Ruquier, qui ne boude pas les projecteurs malgré les critiques qui peuvent l’atteindre. Sur le plateau d’On n’est pas couché, la romancière ne serait toutefois pas rancunière… et fait cette aveu au sujet des invités venus faire leur promotion :

« Il m’arrive de mentir, ou plutôt, comme dit Lacan : ‘Je dis toujours la vérité, pas toute.’ Je ne suis pas là pour asséner mes goûts. Mais les gens connaissent très bien la télévision, ils comprennent tout. », assure-t-elle.
Elle insiste : « Jamais je ne me suis vengée. Vous ne croyez pas que j’en rencontre, chez Laurent Ruquier, des abrutis qui ont dit des conneries sur moi? Je lis ce qu’ils ont écrit. Si je trouve ça bien, tant mieux, je le dis. Si je ne trouve pas ça bien, je reste aimable. »
Sur ses détracteurs, justement, Christine Angot assure au JDD « qu’ils ne supportent pas que des gens aiment ce que je fais, donc ils cassent ». Et assène : « Ils ont pu gagner à un moment, mais ils sont déjà en train de perdre. »

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here