Avec les Gilets jaunes, Mounir Mahjoubi continue de faire le pari du dialogue

1193

Facebook, déplacement, plateaux TV… Le secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, tente de garder le lien avec les Gilets jaunes, notamment avec Fly Rider. Vendredi, il sera à Fréjus avec une Gilet jaune rencontrée en décembre dans l’émission de Cyril Hanouna.

« Bonjour je suis Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat au Numérique, accepteriez-vous qu’on discute ici un de ces jours? » Le 9 décembre dernier, lors d’un live sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC) de Maxime Nicolle, alias Fly Rider, l’un des porte-voix des Gilets jaunes, le ministre tente une approche sur Facebook. Le lendemain, il complète – « il va aussi falloir prendre le temps de présenter aux Français ce que c’est parce qu’on est tous un petit peu des nerds [spécialistes, NDLR] du RIC ici quand même » – et propose d’en discuter en direct, « deux heures s’il le faut ».

Depuis, les échanges se sont installés entre le secrétaire d’Etat et Maxime Nicolle. Le premier contact s’est fait là encore sur Facebook, via la page personnelle de Mounir Mahjoubi, avant une conversation téléphonique. A plusieurs reprises ces derniers jours, Fly Rider a évoqué cette relation. « Je lui ai envoyé un message en lui disant : ‘Voilà, j’entends des choses qui circulent, des gens qui préparent des cocktails Molotov…' », a-t-il notamment déclaré sur Konbini.

J’ai envoyé un message à Mounir Mahjoubi

« J’ai envoyé un message à Mounir Mahjoubi. Je lui ai dit que l’escalade de la violence, fallait l’arrêter et qu’il fallait distribuer de l’argent aux gens qui n’en ont plus. Je n’ai pas eu de réponse », a aussi raconté Fly Rider réagissant aux propos de l’ancien ministre Luc Ferry – qui a appelé les policiers à « se servir de leurs armes une bonne fois » – lors d’un live Facebook mercredi.

Le grand débat, « c’est hyper important »
Au sein du gouvernement, Mounir Mahjoubi semble mener sa barque à propos du mouvement des Gilets jaunes, et en amont d’un grand débat national qu’il juge « hyper important ». « Nous allons construire des solutions avec les Français », estime le secrétaire d’Etat auprès du JDD, ancien soutien de Ségolène Royal en 2017 et fervent défenseur de la démocratie participative.

Celui qui ambitionne d’être candidat à la mairie de Paris évoque son parcours personnel : « Ce que l’on est en train de vivre, c’est le mouvement de ceux qui se sentent humiliés, qui n’arrivent pas à faire entendre leurs voix », affirme à l’AFP ce fils d’une femme de chambre et d’un peintre en bâtiment. « C’est mon moteur dans la vie. Je voulais reconquérir cette voix que mes parents n’ont jamais eue. »

Un « Vis ma vie » avec une Gilet jaune à Fréjus
Vendredi, Mounir Mahjoubi se rend à Fréjus auprès de Céline, Gilet jaune et assistante de vie spécialisée auprès de malades atteints d’Alzheimer. En retour, elle viendra, elle, le 24 janvier au ministère de Bercy et à l’Assemblée nationale, et accompagnera le secrétaire d’Etat à Tours pour la signature d’une convention sur l’inclusion numérique. Une sorte de « Vis ma vie » calée après l’émission de Cyril Hanouna, Balance ton post, mi-décembre. Cette mère célibataire l’avait convié à un « stage » dans son quotidien, pour une journée auprès de ses patients puis une nuit sur son canapé clic-clac.

On ne peut pas faire comme si ces groupes [de Gilets jaunes] n’existaient pas

Une méthode singulière que le ministre revendique, insistant sur l’importance du dialogue. « On ne peut pas faire comme si ces groupes [de Gilets jaunes] n’existaient pas », explique-t-il au JDD. Et d’ajouter : « Les Drouet, Nicolle, Ludosky… Vous pouvez dire ‘jamais je ne leur parlerai, je ne m’en approcherai jamais’ ; moi, je pense qu’il faut tout écouter, mais surtout ne pas tout accepter. » Notamment la violence et les casseurs qu’il condamne fermement. Mais « cette parole très sincère du début, il ne faut pas la perdre de vue, ce ne sont pas les mêmes personnes ».

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here