Grève : ce qu’il faut retenir de la journée de mobilisation de la CGT et des Gilets jaunes

3229

Plusieurs dizaines de milliers de personnes – 300.000 selon la CGT – ont manifesté mardi partout en France, à l’appel principalement du syndicat et avec la participation de Gilets jaunes. L’appel à la grève, lui, semble avoir été peu suivi dans l’Education et les transports.

Des Gilets jaunes et des gilets rouges, marchant côte à côte. Au nom de la « convergence des luttes », plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi partout en France, répondant à l’appel à la mobilisation formulé principalement par la CGT. Y participaient cette fois des Gilets jaunes, encouragés notamment par l’un de leurs leaders, Eric Drouet, et qui regardaient jusque-là les syndicats avec méfiance. Des défilés étaient organisés un peu partout en France, accompagnés de mouvements de grève. Pour le leader de la CGT, Philippe Martinez, la journée a été « un succès qui en appelle d’autres » : 300.000 personnes ont défilé dans le pays, selon la centrale.

Le leader syndical s’est notamment réjoui de voir « beaucoup de Gilets jaunes » : « Les revendications communes, on les a, elles sont sociales. A part la couleur des gilets je ne vois pas beaucoup de différences », a-t-il déclaré.

Les chiffres de la mobilisation : Paris mobilise plus qu’ailleurs
A Paris, 30.000 personnes ont défilé selon la CGT, 18.000 selon la préfecture de police et 14.000 selon le cabinet Occurrence, mandaté par un collectif de médias dont l’AFP. Lors de son dernier cortège dans la capitale le 14 décembre, la CGT avait plus faiblement mobilisé : 15.000 manifestants selon elle, 6.000 pour la police. Il s’agit en tout cas sans grande surprise de la ville ayant le plus mobilisé, même si certains « actes » des Gilets jaunes avaient vu les affluences à Bordeaux rivaliser avec celles de la capitale.

A Marseille, 5.200 personnes, selon la police, ont manifesté entre le Vieux-Port et la gare Saint-Charles. Si la CGT dominait très largement, plusieurs centaines de Gilets jaunes étaient présents en milieu de cortège.

A Lyon, parmi les 4.300 manifestants selon la préfecture, environ 500 Gilets jaunes.

Parmi les autres cortèges en régions, on recensait selon la police environ 8.500 personnes à Toulouse, 2.500 à Caen, 2.300 à Lille et Clermont-Ferrand, 2.200 au Havre, 1.500 à Strasbourg, 1.400 à Nîmes, 1.300 à Tours, 500 à Rennes…

Peu d’incidents constatés
Dans l’ensemble, les manifestations se sont déroulées dans le calme même si à Bordeaux quelques poubelles ont été incendiées et des boutiques taguées. Très loin en tout cas de ce qui a pu être constaté lors des samedis de mobilisation des Gilets jaunes.

En Ardèche toutefois, la préfète Françoise Souliman, en déplacement à Aubenas, s’est trouvée bloquée au milieu de manifestants qui ont crevé un pneu de sa voiture, selon des sources concordantes. La représentante de l’État est alors sortie de son véhicule pour essayer de parlementer avec des manifestants, sans succès. « Je n’ai absolument pas été bousculée physiquement, on a juste eu un pneu crevé », a-t-elle expliqué à l’AFP, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Pas de grandes perturbations en raison de la grève
La circulation a été perturbée ici ou là par les différents cortèges ou par des Gilets jaunes sur des ronds-points. Des routes en Normandie ou dans le Gard, des régions fortement mobilisées depuis le début du mouvement, étaient ainsi paralysées. Pour le reste, des préavis de grève avaient été déposés à la RATP et à la SNCF mais le trafic est resté quasi-normal, mise à part la suppression de quelques trains Intercités.

En outre, selon le ministère de l’Éducation nationale, environ 5% des enseignants étaient en grève.

A Paris, la Tour Eiffel a été en revanche fermée. Ce qui en soi, de l’avis du secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, a été le symbole « d’une journée de réussite ».

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here