Carla Bruni, Coluche ukrainien, Santana et la Joconde : les 5 infos à ne pas rater dans le JDD

4483

Que peut-on lire dimanche dans le JDD? Voici 5 infos que l’on peut trouver aujourd’hui dans nos colonnes.

« Le combat de ma vie. » En une de notre édition hebdomadaire, l’homme d’affaires Bernard Tapie s’est longuement confié au JDD sur sa vie, sa santé et surtout son procès à venir, dans lequel il est accusé d' »escroquerie ». L’un des combats de Muriel Pénicaud, elle, porte sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. La ministre du Travail commente dans nos colonnes les premiers chiffres qu’ont dû publier les grandes entreprises vendredi dernier à ce sujet. « Il faut mettre un grand coup d’accélérateur », martèle la responsable.

Le footballeur Adil Rami est, lui, préoccupé par les violences conjugales. Le champion du monde s’engage pour cette cause et lance dans le JDD : « Être viril, c’est respecter les femmes. » Autre entretien, celui d’Alexandre Bompard, le patron de Carrefour qui explique les conséquences du mouvement des Gilets jaunes sur le géant de la grande distribution.

En dehors de ces sujets, voici 5 anecdotes ou infos à glaner dans nos pages.

1 – Carla Bruni aime le ministre Sébastien Lecornu
En charge de coorganiser le grand débat, le ministre Sébastien Lecornu est la star du moment au sein du gouvernement. Dans un portrait que publie le JDD, on apprend que Nicolas Sarkozy le surnommait « Lecornichon », faute de bien connaître son nom.

Cet ex des Républicains est toutefois toujours en bons termes avec l’ancien Président, qu’il continue à voir. Quant à Carla Bruni, la femme de Nicolas Sarkozy, elle n’en finit pas de liker les photos du compte Instagram du ministre.

2 – En Ukraine, le favori des sondages a un point commun avec Donald Trump
Il est une sorte de Coluche ukrainien. Acteur comique, Volodymyr Zelensky est la surprise de la campagne de l’élection présidentielle du 31 mars prochain : venu de nulle part, il est désormais crédité de 27% d’intentions de vote, devant le président sortant Petro Porochenko et l’ex-Première ministre Ioulia Timochenko.

Certains font un parallèle avec l’ascension de Donald Trump en 2015-2016. Les deux hommes ont une chose au moins en commun : ils ont fait exploser l’audimat du petit écran. Dans une série télé au titre prémonitoire, Serviteur du peuple, Volodymyr Zelensky incarne un modeste professeur d’histoire qui se retrouve élu président…

3 – Gérald Darmanin ne veut pas refaire un troisième budget
Entre l’hypothèse de la désignation d’Agnès Buzyn à la tête de liste de la majorité présidentielle en vue des européennes et les multiples rumeurs de candidatures de ministres aux prochaines municipales, un remaniement est en préparation dans les coulisses du gouvernement. Certains poussent leurs pions, à commencer par Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics.

« Macron a bien compris qu’il n’avait pas envie de faire un troisième budget », glisse au JDD un proche du ministre. Car les réseaux de la droite se sont aussi mis en branle. Avec l’idée de faire monter en grade l’ancien sarkozyste, par exemple à la Santé. Darmanin, proche de Xavier Bertrand, sait que le président des Hauts-de-France s’est fait un nom sur la réforme des retraites de 2007.

4 – Pierre Arditi avait diagnostiqué le cancer de Bernard Tapie… dans un film
Dans le cadre de sa longue interview, Bernard Tapie raconte avec émotion un curieux tour du destin. Il y a une vingtaine d’années, l’homme d’affaire avait joué pour Claude Lelouch dans Hommes, femmes, mode d’emploi. « Il y avait une scène où Pierre Arditi, qui était médecin, me diagnostiquait un cancer de l’estomac », se souvient-il.

« Ce qui est incroyable, c’est que l’an dernier, le jour où j’ai appris ma maladie, j’ai pris l’avion à Nice et je me suis retrouvé assis à côté d’Arditi, raconte-t-il encore. Il m’a demandé comment j’allais. Je lui ai répondu : ‘Mal. Ce cancer que tu m’avais trouvé il y a vingt ans au cinéma, je l’ai pour de vrai.’ Il m’a pris les mains et on a eu la chair de poule. »

5 – L’ange gardien de Carlos Santana
Le guitariste américain Carlos Santana fait son grand retour cette année avec la sortie, ces jours-ci, d’un mini-album consacré à La Joconde de Léonard de Vinci, puis un nouvel opus en juin prochain suivi d’une tournée. « Mona Lisa m’a parlé », assure-t-il au JDD. La muse du peinte de la Renaissance n’est pas la seule.

« J’ai toujours été connecté avec le monde des esprits, les forces invisibles, explique le musicien. Ma mère m’a appris très tôt le pouvoir de la prière. Les anges m’ont inspiré toute ma vie. Metatron, mon ange gardien, m’est apparu au début de l’enregistrement de Supernatural [l’album de son grand retour] en 1998. »

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here