Gilets jaunes : rassemblements, interdictions… Ce qui est prévu pour l’acte 20

7697

Des appels à manifester ont été lancés par les Gilets jaunes pour un nouveau samedi de mobilisation. Comme la semaine dernière, les autorités ont interdit les manifestations dans plusieurs lieux dont les Champs-Elysées à Paris.

Rester mobilisés contre le pouvoir. Voici le mot d’ordre des Gilets jaunes pour leur vingtième journée d’action samedi. Plusieurs appels à des rassemblements ont été lancés sur les réseaux sociaux alors que l’acte 19 avait rassemblé 40.500 personnes en France selon le ministre de l’Intérieur et 127.212 selon le Nombre jaune. Pour prévenir des violences qui avaient notamment éclatées en marge de l’acte 18, plusieurs préfectures ont décidé d’interdire les manifestations dans plusieurs quartiers de France, dont l’avenue des Champs-Elysées à Paris.

A Paris, un large périmètre interdit
« J’ai donné des instructions extrêmement précises au préfet de police pour que la demande de manifestation sur les Champs-Elysées samedi prochain, qui n’est qu’une provocation à de nouvelles violences, soit interdite », avait déclaré dès mercredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Le périmètre d’interdiction comprendra également la place de l’Etoile mais aussi l’Elysée et l’Assemblée nationale. Mais des appels à se rassembler place du Châtelet ou gare de l’Est en fin de matinée pour rallier la place du Trocadéro circulent sur internet.

Après le fiasco du 16 mars marqué par le saccage des Champs-Elysées, l’exécutif est décidé à maintenir sa ligne de fermeté, sans évoquer cette fois l’appui des militaires de Sentinelle au dispositif, qui avait suscité couacs et polémiques.

Des rassemblements à Bordeaux et Avignon
En région, le nouveau maire de Bordeaux Nicolas Florian a appelé habitants et commerçants à faire de la capitale girondine une « ville morte » samedi. Un rassemblement notamment relayé par Jérôme Rodrigues est prévu dans ce bastion des Gilets jaunes.

En réaction, la préfecture a publié les arrêtés habituels d’interdiction de manifester dans une longue liste de rues et places du centre, encore élargie, ainsi que de transporter ou vendre toute forme de produits d’artifice, carburant au détail ou autres produits inflammables. Les autorités évoquent des « risques avérés de dégradations et de violences » et la présence annoncée de « centaines de casseurs ».

Autre point névralgique de cet acte 20 : Avignon. Un appel national à manifester a été lancé sur les réseaux sociaux et les Gilets jaunes se sont donné rendez-vous à midi au Palais des Papes. Citant « la présence prévisible de personnes appartenant à des groupes activistes violents », la préfecture du Vaucluse a interdit tout rassemblement ou manifestation du mouvement de 9 heures à minuit, « intra-muros » et sur plusieurs axes périphériques.

Soutien à Geneviève Legay
A Saint-Etienne, Epinal et Rouen, les préfectures ont également interdit les manifestations pour prévenir violences et pillages. Des manifestations ont été aussi annoncées à Marseille, Rennes, Caen, Montbéliard, Strasbourg ou encore Nice.

Attac a par ailleurs appelé les Gilets jaunes à brandir des drapeaux arc-en-ciel, en soutien à la porte-parole de l’association altermondialiste Geneviève Legay, 73 ans, qui a violemment chuté dans une charge des forces de l’ordre en manifestant dans un périmètre interdit à Nice samedi dernier.

Enfin, des appels à bloquer certaines usines d’armement ou qui fournissent des « produits de maintien de l’ordre » ont été lancés. Parmi les cibles notamment, la « Poudrerie » à Pont-de-Buis, dans le Finistère, un site classé Seveso (installation présentant des risques industriels majeurs devant respecter des exigences de sûreté), ou l’usine d’armement Alsetex dans la Sarthe. Dans la Loire, l’usine Verney-Carron, où étaient conçus – ce n’est plus le cas – les flash-balls est également dans le viseur de certains Gilets jaunes.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here