Européennes : ces maires de droite Macron-compatibles qui soutiennent finalement la liste des Républicains

5842

Le maire de Reims Arnaud Robinet a annoncé lundi soir sur le site de L’Opinion qu’il allait soutenir la liste LR en vue des européennes. L’édile était pourtant décrit comme un élu Macron-compatible.

La campagne des élections européennes est l’occasion pour certains élus de droite et du centre de clarifier leur position politique. Décrit il y a quelques mois encore comme un élu « Macron-compatible », Arnaud Robinet, le maire Les Républicains (LR) de Reims, a fait son choix. Lundi soir, sur le site de L’Opinion, il révèle qu’il soutiendra la liste de son parti d’attache en vue du scrutin du 26 mai. L’édile accueillera même jeudi dans sa ville le patron de LR Laurent Wauquiez et la tête de liste du parti François-Xavier Bellamy.

« Je vais rester fidèle à ma famille politique d’origine, déclare-t-il au quotidien. Je suis déçu par la campagne de LREM et j’ai beaucoup d’amitié pour Arnaud Danjean et Agnès Evren, qui figurent sur la liste des Républicains. »

Arnaud Robinet évoque « la magouille politicienne » d’En marche
Arnaud Robinet n’était pourtant pas le soutien le plus chevronné de la ligne politique mise en place par Laurent Wauquiez. Ces deux dernières années, le maire de Reims a critiqué plusieurs choix de son parti et, à l’inverse, salué certaines mesures prises par le gouvernement.

Surtout, il faisait partie de ce petit cercle de maires de droite qui déjeunait régulièrement à Matignon. A ce titre, il était décrit comme un élu « Macron-compatible » pouvant rallier LREM en vue des municipales.

Je suis déçu par la campagne de LREM

Mais il n’en sera sans doute rien. Cité par L’Opinion, Arnaud Robinet dénonce ainsi les pressions exercées par le parti présidentiel. LREM menacerait en effet de ne pas soutenir les maires de droite et du centre qui refusent de voter pour la liste de Nathalie Loiseau le 26 mai prochain.

« C’est de la magouille politicienne digne de l’ancien monde, dénonce ainsi le maire de Reims. Les maires en ont ras la casquette de ce genre de méthodes. »

L’heure de choisir son camp à droite?
Et Arnaud Robinet n’est pas le seul. Le maire de Nice Christian Estrosi, qui avait pris ses distances avec son parti depuis l’élection de Laurent Wauquiez et avait qualifié François-Xavier Bellamy d' »extrêmement conservateur » sur Franceinfo, a pourtant annoncé son soutien à la liste de LR, faisant valoir, début avril sur LCI, la « cohérence de [sa] famille politique ».

Autre participant des déjeuners de Matignon, David Lisnard, le maire LR de Cannes, a lui aussi soutenu François-Xavier Bellamy à la faveur d’un déplacement dans les Alpes-Maritimes fin février.

Le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau était aussi présent à un meeting de son parti, le 25 avril dernier dans sa ville, au côté des candidats aux européennes Arnaud Danjean et Brice Hortefeux.

A l’inverse, les maires de droite Olivier Carré (Orléans) et Christophe Béchu (Angers) ont, eux, franchi le cap, en quittant leur parti. Ils ont tous deux annoncé leur soutien à la liste de LREM portée par Nathalie Loiseau.

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc aurait fait son choix
D’autres élus décrits comme « Macron-compatibles » n’ont pas encore officialisé leur soutien en vue des européennes. Ainsi, Jean-Luc Moudenc, le maire LR de Toulouse, était absent du meeting, le 19 avril dernier, de François-Xavier Bellamy dans sa région.

Pour autant, il ne semble plus en bons termes avec LREM et, comme Arnaud Robinet, il a dénoncé le « chantage » du parti présidentiel en vue des municipales.

« Me faire du chantage, de surcroît public, n’est pas la bonne méthode pour me convaincre, a ainsi expliqué Jean-Luc Moudenc le 18 mars dernier sur France 3. Bien au contraire. » Toujours selon L’Opinion, le maire de Toulouse aurait d’ores et déjà choisi François-Xavier Bellamy.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here