Morte par des morsures de chien dans le sud de l’Aisne: la police enquête à la place des gendarmes

16618

Le procureur a finalement confié les investigations à un service de police. Probablement en raison de la présence au sein de l’équipage de chasse à courre du commandant de la gendarmerie de l’Aisne.

La section de recherches de la gendarmerie d’Amiens est dessaisie de l’enquête sur la mort d’Elisa Pilarski au profit du Service régional de police judiciaire de Creil (Oise). Cette jeune femme a été retrouvée en forêt, mutilée par des morsures de chiens, samedi à Saint-Pierre-Aigle, près de Soissons. Elle était partie promener son chien alors qu’une chasse à courre se déroulait dans le même secteur.

Ce choix est le fruit d’une décision du procureur de Soissons, Frédéric Trinh, et de la juge d’instruction, souligne l’Union. Le parquet avait déjà confié l’enquête à des gendarmes d’Amiens plutôt qu’à un service local en raison de la présence au sein de l’équipage de chasse à courre du commandant du groupement départemental de gendarmerie de l’Aisne, le lieutenant-colonel Jean-Charles Métras. Cela « a justifié que je confie le traitement de la procédure à un service qui n’est pas placé sous son autorité », avait indiqué le procureur.

Une information judiciaire a été ouverte contre X pour homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l’agression commise par des chiens. Un juge d’instruction a été nommé.

Probablement désireux de dissiper tous soupçons sur l’impartialité de l’enquête dans cette affaire très médiatisée, le magistrat a finalement confié les investigations à un service de police.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici