Bronchiolite: l’épidémie progresse, les kinés de Lyon toussent

16331

Le président de la coordination respiratoire de l’agglo lyonnaise pointe du doigt, dans un courrier adressé à la ministre de la Santé, les dernières recommandations de la Haute autorité de Santé. Elles n’encourageraient pas les parents à avoir recours à la kiné respiratoire pour les tout-petits. Conséquence : un report sur les urgences.

Elle est en phase ascendante. L’épidémie de bronchiolite n’a pas manqué le rendez-vous de l’hiver, entraînant dans son sillage une hausse des consultations, notamment aux urgences. Or pour le président de la Coral, Coordination respiratoire de l’agglomération lyonnaise, réseau de kinésithérapeutes spécialisés dans la prise en charge des maladies respiratoires sur la Métropole de Lyon, ce « boom » n’est pas uniquement saisonnier.

Nicolas Noël, président de la Coral, s’en est ouvert par courrier à la ministre de la Santé le 19 décembre dernier. Le professionnel met en avant les directives de la Haute autorité de Santé, la HAS, qui a publié de nouvelles recommandations en novembre. Et elles n’encourageraient pas les parents d’enfants de moins de 12 mois à avoir recours à la kinésithérapie respiratoire en cas de bronchiolite.

« Selon le bulletin hebdomadaire de santé Publique France, l’augmentation du nombre de passage aux urgences serait de 26 %. Dans le même temps, nous constatons une diminution de 40 à 50 % de demande de prise en charge », écrit ainsi le président de la Coral, « les raisons de cet état de fait sont très probablement multifactorielles. Il en est une qui pourrait être imputée aux répercussions des dernières recommandations de l’HAS […], avec notamment la non-recommandation de la kinésithérapie respiratoire en ville pour les cas modérés et son traitement médiatique des plus anxiogène le plus souvent sur la base d’interprétations ou d’affirmations erronées ».

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici