Grandes surfaces: après le raz-de-marée, le calme presque plat à Lyon

1827

Après plusieurs jours d’afflux massif de consommateurs venus faire des stocks, les super et hypermarchés ont vu les clients déserter leurs rayons à partir de midi, mardi 17 mars. Les enseignes pourraient se réorganiser dans les prochains jours.

Il ne subsiste que les barrières en métal et les couloirs de rubalise devant les grandes surfaces pour témoigner de la frénésie des derniers jours.

Mardi après-midi, les abords et les rayons des super et hypermarchés étaient loin de faire le plein. Seules quelques dizaines de clients poussaient des chariots, masque ou foulard sur le visage, gants en latex sur les mains.

Depuis l’échéance de mardi midi fixé par le président Macron, la fréquentation semble bel et bien retombée.

Devant le centre commercial de Givors, un agent de sécurité distribue des tracts aux quelques consommateurs venus remplir leurs sacs et chariots. Le document rappelle les mesures de protection face au coronavirus.

« Gardez les distances d’un mètre entre vous », conseille le papier. Ce n’est plus la peine. Le site est quasiment désert.

« Ce matin, la file d’attente s’étalait jusqu’au bout du magasin, indique l’agent en montrant du doigt l’angle du centre commercial, à une centaine de mètres. Cet après-midi, il n’y a personne. J’espère qu’on va aménager nos horaires pour ne pas finir trop tard pour rien. » À l’intérieur du magasin Carrefour, certains rayons sont bien entamés, mais aucun n’est vide, même celui des pâtes. Sylvie, masque sur la bouche, fait ses courses de la semaine. « J’ai mon attestation dans mon sac, assure-t-elle. Je vais peut-être prendre un peu plus pour être tranquille la semaine prochaine. »

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here