Jean-Loup Dabadie: un fidèle du festival Lumière

4191

L’artiste aux multiples facettes, décédé ce dimanche 24 mai à l’âge de 81 ans, était un homme de cinéma. Il avait été invité au festival Lumière 2016 pour présenter le mythique « Un éléphant, ça trompe énormément » (1976) aux côtés de Guy Bedos. Mais aussi en 2018 pour les dix ans du festival qui mettait à l’honneur Jane Fonda. Et enfin l’an dernier, en 2019, aux côtés de Francis Ford Coppola.

A LIRE AUSSI

L’académicien Jean-Loup Dabadie est décédé dimanche à Paris à l’âge de 81 ans. Pendant près de 40 ans, en une trentaine de films et des centaines de chansons, il a construit un univers tendre et nostalgique dans le cinéma et la chanson française.

A L’HONNEUR EN 2016 AU FESTIVAL LUMIÈRE AVEC « UN ÉLÉPHANT ÇA TROMPE ÉNORMÉMENT »
Jean-Loup Dabadie était attaché au cinéma et au festival Lumière notamment où il est venu plusieurs fois.

En 2016, le Prix Lumière avait couronné la reine Catherine. La Demoiselle de Rochefort avait succèdé à Clint Eastwood, Milos Forman, Gérard Depardieu, Ken Loach, Quentin Tarantino, Pedro Almodóvar et Martin Scorsese.

« Dépouiller au maximum, enlever les affèteries, les minauderies de langage. Ecrire le plus simplement en pensant à son histoire, à ses personnages, au public aussi. » En 2016, Jean-Loup Dabadie donnait au festival Lumière une grande leçon d’écriture. Il nous manquera.

Cette année-là, dans le cadre du festival, les Lyonnais avaient assisté aux émouvantes retrouvailles entre Guy Bedos et Jean-Loup Dabadie, venus présenter le mythique et toujours tordant « Un éléphant, ça trompe énormément » (1976).

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here