Sherpa : 20 ans de défense des victimes de la mondialisation

9413

L’association Sherpa a lancé, il y a 20 ans, les premières batailles juridiques contre des multinationales pour les rendre responsables des violations des droits humains ou de l’environnement qu’elles commettent dans des terres lointaines. Fondée par l’avocat William Bourdon qui voulait ainsi combattre les « crimes économiques », Sherpa a porté dans les tribunaux des nouveaux concepts comme les Biens Mal Acquis ou le devoir de vigilance. Retour sur une version juridique de David contre Goliath.

Sherpa 20 ans Hugo Mickeler

Pour ses 20 ans, Sherpa a organisé un procès fictif pour mieux dénoncer les attaques dont elle est la cible.
Hugo Mickeler.

« Lutter contre les crimes économiques pour défendre les victimes de la mondialisation », tout l’engagement de l’association Sherpa est résumé dans cette phrase, en tête de son site Internet. Son arme : utiliser le droit français pour lutter contre les crimes économiques et financiers impunis. Pour William Bourdon, le fondateur de Sherpa, « ces derniers sont au XXIe siècle ce que les crimes de sang furent au XXe siècle ».

Sandra Cossart, la directrice de Sherpa explique : « D’un point de vue juridique les multinationales sont une myriade d’entités séparées qui tirent profit du fait d’aller s’installer dans des pays à faible gouvernance où les législations, qu’elles soient sociales ou environnementales, ne protègent pas vraiment et complètement les travailleurs. » Elle ajoute : « Le rôle de Sherpa est de mettre la lumière sur ces violations délocalisées des droits en les relocalisant devant les juridictions françaises. »

Sherpa est un laboratoire de droit qui lance des contentieux stratégiques pour que les victimes obtiennent réparation. Elle met ainsi en lumière les pratiques condamnables de multinationales. L’objectif est de pousser les États à adopter des régulations portant sur toute la chaîne de sous-traitance comme le devoir de vigilance. Adopté en France, il le sera bientôt en Europe si les États membres parviennent à un accord. À l’actif de Sherpa, il y a aussi les poursuites engagées contre quatre géants du textile dont Zara et Uniqlo pour travail forcé des Ouighours ou celles contre Lafarge pour complicité de crime contre l’humanité parce que le cimentier a payé l’État islamique entre 2012 et 2014 pour laisser ouverte son usine en Syrie.

La restitution de biens mal acquis

L’un des principaux faits d’armes contre la corruption de Sherpa est la confiscation des « Biens Mal Acquis » par Theodorin Obiang, vice-président de la Guinée équatoriale, état africain riche de ressources pétrolières. Ces Biens Mal Acquis sont estimés à 150 millions d’euros et comptent un hôtel particulier avenue Foch à Paris, hébergeant de nombreuses voitures de luxe. Cet été après 14 ans de procédure, Sherpa a enfin gagné la possibilité d’envisager la restitution de ces biens à la population équato-guinéen, une grande première. « C’est une manne très importante pour 1,4 million de citoyens, dont les deux tiers vivent avec moins d’un dollar par jour. Cette somme suffirait à vacciner trois fois l’ensemble de la population contre la maladie du COVID 19 » indique Tutu Alicante, avocat exilé de la Guinée Bissau.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici