L’Assemblée générale des Nations Unies adopte une résolution contre l’utilisation du droit de veto (mais elle n’empêche pas le veto)

7407

La plénière des Nations Unies a adopté à l’unanimité une résolution visant à empêcher l’utilisation du droit de veto par les membres permanents du Conseil de sécurité. La proposition présentée par le Liechtenstein et soutenue par de nombreux pays nécessite une session de l’Assemblée générale des Nations Unies dans les dix jours en cas de veto au Conseil de sécurité de quinze membres.

Lors de cette réunion avec les 193 représentants, le ou les pays qui ont ou ont utilisé le droit de veto doivent expliquer pourquoi cela a été fait. La résolution devrait exercer plus de pression sur les pays opposés au veto pour qu’ils renoncent à leur privilège de bloquer toute décision internationalement contraignante du puissant Conseil de l’ONU.

La Russie, la Chine, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, les pays les plus puissants après la Seconde Guerre mondiale, ont obtenu ce droit de veto comme compromis dans la création de l’ONU. Depuis 1946, les Russes et les Américains, en particulier, l’ont utilisé ensemble plus de deux cents fois. La Chine le fait de plus en plus souvent ces dernières années, mais au total nettement moins que la Russie et les États-Unis. La France et la Grande-Bretagne y ont opposé leur veto pour la dernière fois en 1989.

L’Inde, l’Allemagne, le Japon et le Brésil ne voient pas l’équilibre actuel des forces dans le monde reflété au Conseil de sécurité et tentent de réaliser des réformes depuis des années. La nécessité de cela a été rendue encore plus claire récemment par l’invasion russe de l’Ukraine. En tant que membre permanent du Conseil, l’agresseur a mis fin à toute mesure visant à apaiser le conflit. Les appels à des sanctions contre Moscou ou même à l’exclusion sont rapidement devenus plus forts.

Cependant, selon la Charte des Nations Unies, Cela est pratiquement impossible, car la Russie peut également opposer son veto aux restrictions de ses droits au Conseil de sécurité. Le député russe ne s’est pas activement opposé à la résolution lors de l’Assemblée générale mardi, d’ailleurs, les États-Unis l’ont même acceptée. Qu’ils doivent maintenant justifier leur veto contre tous les membres de l’ONU peut être ennuyeux, mais cela ne diminue pas leur pouvoir.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici