Comment l’ancien président français Nicolas Sarkozy a aidé le Qatar à remporter la Coupe du Monde

1805

Nicolas Sarkozy a joué un rôle notable dans l’attribution de la Coupe du Monde de football 2022 au Qatar. L’homme qui a été président de la France entre 2007 et 2012 a personnellement convaincu le champion de football de l’époque, Michel Platini, lors d’un déjeuner à l’Elysée le 23 novembre 2010. Découvrez l’histoire de comment et pourquoi il l’a fait ici.

Le fait que la Coupe du monde se joue dans le mini-État sanglant du Qatar est une erreur. L’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, l’a admis. Blatter a pointé du doigt Nicolas Sarkozy, qui a été président de la France de 2007 à 2012. Plus précisément, il a cité un déjeuner au Palais présidentiel à Paris qui a eu lieu le 23 novembre 2010. C’était 9 jours avant que la FIFA ne vote sur l’attribution de deux Coupes du Monde, celle de 2018 et celle de 2022.

À l’Elysée ce jour de novembre, Sarkozy a reçu le président de l’association européenne de football UEFA Michel Platini, ainsi que le Vice-Premier Ministre du Qatar et le prince héritier Tamim Al Thani. Ce dernier succédera à son père comme émir quelques années plus tard. Tu parles du déjeuner? La Coupe du Monde, bien sûr, mais aussi plus que cela. Il s’agissait également de la vente lucrative d’avions de combat.

Sarkozy avait un problème. Platini a aimé l’idée d’organiser une Coupe du Monde au Qatar arrachée du pot. Il a même cru que ce serait le glas de la FIFA, que cela évoquerait des associations avec la corruption. Plusieurs témoins disent que Platini voulait organiser la Coupe du Monde 2022 aux États-Unis. Quatre ans après la Russie, il rayonnerait bien à la FIFA.

L’ancien président de la Fédération néerlandaise de football Michael Van Praag a également déclaré que Platini n’avait rendu sa charrette qu’après l’intervention de Sarkozy. Le président avait besoin de Platini, car sans son influence, une Coupe du Monde au Qatar était difficile à réaliser.

Platini a donc dû être convaincu, bien qu’il dise lui-même qu’il avait décidé de soutenir le Qatar bien avant le déjeuner. Il admet que la réunion contenait un vague message du chef de l’Etat-un message subliminal.

Des témoins cités dans les médias français pensent plutôt qu’il s’agissait d’un « langage monétaire dur » et non d’une vague influence. Ce qui est certain, cependant, c’est que l’initiative de louer le Qatar incombait à Sarkozy, plus qu’à Platini ou à qui que ce soit d’autre.

Le Qatar voulait polir son image et gagner en prestige international. Le sport était idéal pour cela. Pourquoi Sarkozy a-t-il choisi le Qatar? Le vote final a opposé le Qatar et les États-Unis. N’aurait-il pas été plus logique que Sarkozy choisisse l’américain (son surnom en raison de ses sympathies américaines) pour les États-Unis?

Oui, mais. La France a toujours eu de bonnes relations avec le Qatar et sous Sarkozy, les choses iraient beaucoup mieux. Lorsqu’il était encore ministre, il entretenait déjà des liens étroits avec l’État du Golfe. En mai 2007-il était président depuis moins de deux semaines-il a reçu l’émir à l’Elysée, en tant que premier étranger.

Cinq ans plus tard, il a prononcé son premier discours en tant qu’ex-président – il a été battu par François Hollande en 2012-à Doha, au Qatar. « Nous saluons l’importante décision politique et stratégique d’attribuer la Coupe du Monde au Qatar. Est-ce Sarko-de-Américain ou Sarko-De-Qatari?

Les intérêts français sont certainement au milieu. Après le fameux déjeuner de 2010, les services diplomatiques ont élaboré un document de travail, avec quatre chapitres. 1. Le sport au Qatar 2. La candidature wk 3. Relations sportives franco-qataries et 4. Des sujets bilatéraux importants, tels que les avions de chasse et la défense aérienne.

Après le vote de la Coupe du Monde – qui s’est bien passé pour le Qatar-les commandes se sont bien passées. En 2015, le Qatar a commandé pour 6,3 milliards d’euros d’avions de combat français Rafale. Deux ans plus tard, des milliards de plus ont été ajoutés, pour des Rafale supplémentaires, mais aussi des véhicules blindés, encore des avions Airbus et bien plus encore. Du béton par exemple, pour les stades et les tours de Doha.

Bien plus tôt, en juin 2011-environ six mois après le célèbre déjeuner de travail-un Fonds d’investissement qatari avait acheté le club de football parisien en difficulté, le PSG, pour 76 millions d’euros. Sarkozy était content. Son club a été sauvé et le propriétaire américain a été relevé d’un poste perdant. La vente a été organisée par un ami proche du président.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici