Paris et Dublin inquiets de la grève de la faim franco-irlandaise en Iran

2196

La France et l’Irlande sont profondément préoccupées par l’état de santé d’un citoyen franco-irlandais piégé en Iran depuis octobre. Bernard Phelan, 64 ans, qui travaille dans le monde du voyage, a de nouveau entamé une grève de la faim lundi et, selon sa sœur, ne boit pas non plus d’eau.

Selon le ministère des Affaires étrangères de Paris, Phelan est l’un des sept ressortissants français détenus en Iran. Selon sa sœur, il a été arrêté pour avoir prétendument diffusé de la propagande contre le régime islamique à Téhéran. Sa santé se détériore. « Nous renforçons la pression sur l’Iran en coopération avec le gouvernement irlandais pour que notre compatriote soit libéré sans délai », a déclaré le département français. L’Irlande demande sa libération pour des raisons humanitaires.

Les médias iraniens rapportent qu’un Allemand a également été arrêté pour avoir pris des photos d’installations pétrolières dans la province du Khuzestan, dans le sud-ouest du pays. L’ambassade d’Allemagne en Iran essaie d’en savoir plus à ce sujet. Le Français et l’Allemand font partie des 25 étrangers détenus en Iran, selon des militants qui décrivent les détenus comme des « otages » qui pourraient éventuellement servir de matériel de troc.

Olivier Vandecasteele, un travailleur humanitaire belge détenu en Iran, a récemment été condamné à quarante ans de prison et fouetté pour espionnage, entre autres. Le Parlement belge a ouvert la voie à l’échange de prisonniers avec l’Iran en 2021, permettant à la Belgique de libérer potentiellement le terroriste iranien Assadollah Assadi en échange de Vandecasteele. Cependant, cette possibilité a été suspendue le mois dernier par la Cour constitutionnelle.

Des experts indépendants des droits de l’homme aux Nations Unies ont qualifié mardi la détention de Vandecasteele, âgé de 41 ans, de violation du droit international et ont appelé à sa libération immédiate. Ils disent que son droit à un procès équitable a été violé et qu’il est dans un état critique en raison de mauvais traitements dans la prison de Téhéran. Les experts de l’ONU appellent également les autorités iraniennes à mettre fin aux pratiques de prise d’otages.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici