SOS Main : « Du moment où la lame est en direction de la main, on est en danger »

11011

Jérôme Vogels est chirurgien orthopédiste et traumatologue au service SOS Main du Médipôle Lyon-Villeurbanne. Il fait partie d’une équipe spécialisée de 12 chirurgiens qui accueille en urgence 24h/24h, dans un circuit court et dédié, environ 5 000 patients par an. Comme chaque année à l’approche des fêtes, il s’attend à un pic de fréquentation.

Les fêtes de fin d’année représentent-elles toujours une période particulière dans votre spécialisation ?
« On a davantage de blessures au niveau des mains en cette période de l’année concernant les accidents domestiques. Ils sont souvent liés à la cuisine et à l’usage de couteaux. À l’approche du réveillon, les plaies dues à l’ouverture des huîtres sont également courantes. Il n’est pas rare d’intervenir suite à des coupures liées à des verres cassés, l’utilisation des cutters et ciseaux. On opère environ 15 plaies par jour au service d’urgence SOS Main du Médipôle, c’est un peu la surprise tous les jours. Environ 30 % de notre activité est liée aux accidents du travail, 30 % à des blessures liées à l’usage de couteaux et objets contondants, 15 % concernent les morsures et les 25 % restants viennent de sources multiples : tirs de mortiers, pétards, accidents de la route ou encore bagarres. »

Est-ce que vous pouvez quantifier cette hausse d’activité ?

« C’est de l’ordre de 20 %. Comme au printemps, le jardinage nous amène beaucoup de patients qui arrivent avec des plaies de tondeuses à gazon, de taille-haies… Pendant le confinement, on a eu une activité d’urgence qui s’est maintenue avec des gens qui ont bricolé à la maison, cuisiné et se sont fait mal. L’activité SOS Main tourne toute l’année, c’est un peu comme les accouchements, on ne s’arrête jamais ».

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici